FONDATRICE

SYLVIE-ANNE SIOUI TRUDEL

sylvieanne

Depuis plus de 25 ans Sylvie-Anne Siouï Trudel, d’origine amérindienne, oeuvre en tant que dramaturge, comédienne, metteur en scène et directrice artistique. Son approche esthétique vise à donner vie aux masques qu’elle crée et se distingue par les croisements de la gestuelle des danses Iroquoises avec le théâtre japonais et le mime.

Depuis 1980. elle ses fait connaître auprès des jeunes amérindiens au Québec dans plusieurs projets. Elle fonde
Aataentsic Masques et Théâtre en 1981 après un séjour au sein du théâtre Sans Détour, elle travaillera auprès des jeunes autochtones à Maingan, à Poste à la Baleine, à Obedjiwan, à Pikogan et à Lac Simon ainsi qu’à Montréal dans les centres de la jeune enfance et le milieu scolaire.

Elle produit et interprète une première performance sur la naissance et la survie au cours de sa formation en théâtre traditionnel japonais au Japon en 1986. Un tournant s’opère vers le théâtre muséal avec
Agoshin (1990) écrit pour le musée Canadien des civilisations, Légendes Wendat contes traditionnels adaptés à la scène l’amène à créer une multitude de masques pour ses ateliers scolaires. De courtes pièces d’engagement social ont été créées depuis 1992 pour des colloques entre autres Notre pain de tous les jours sur le suicide et les moyens d’y remédier Ainsi parlaient mes grands-parents sur la place des aînés au sein de notre société et Bingo Bird sur les problèmes familiaux engendrés par les loteries et le bingo. Ces pièces ont toutes été jouées devant des publics variés.

Le style théâtral s’affirme à travers une performance poétique qui traite de l’identité,
Être ou ne pas naître, telle est toujours la question en 1995. C’est cette même année qu’une commande pour une école est lancée. Une pièce Les trois soeurs écrite pour trois marionnettes et un acteur, elle présente la Société des femmes iroquoises et la perte de la langue chez le peuple Wayendat.

Entre 1994 et 1997, un projet en muséologie communautaire est mené avec deux partenaire Muséobus musée de l’enfance et Ajgwan centre culturel autochtone. Elle y développe le volet théâtral qui servira à l’animation de plusieurs thèmes du musée au sein de l’exposition Diversité des horizons.

Son exercice théâtral et ses recherches sur la transformation de l’acteur en rapport avec le travail de métamorphose du chaman constituent une importante source d’inspiration et de renouvellement de sa pratique et donne une multitude de tableaux performance.

Andicha Aquoin Oraquoin a vu le jour en 2000 au Musée Mc Cord pour le programme éducatif et est amené en tourné en France et en Belgique. Okwen Du W’hen Atakiak performance pour le musée d’art contemporain et le projet Arrimage 2001. Des performances spectaculaires ont pris forme pour le festival Présence autochtone à Montréal, dont Aataentsic, Le temps des Grandes Mères en 2004.